On enquête : Le squat de A à Z

HEY ! P’tit W2STER comment tu vas ?

Aujourd’hui j’ai décidé de remettre ma tenue de détective et d’enquêter sur un nouveau mouvement !

Et pas n’importe lequel ! On parle du mouvement « roi » dans le monde de la préparation physique !

Qu’on le hait, qu’on en ait peur, qu’on le considère comme essentiel, on ne peut pas mettre les pieds dans une salle de sport sans en entendre parler !

Tu l’auras compris aujourd’hui on analyse de A à Z le « Squat ! »

I) L’origine du mal

Pour remettre les choses dans leurs contextes, on va parler ici du squat utilisés dans le cadre de la préparation physique.

Si on parle du squat simplement en tant que flexion on est bon pour repartir aux origines de l’humanité et je ne pense pas que tu aies vraiment envie de te taper un cours d’histoire de 4h30…

squat école

Alors bien sur il est impossible de mettre un nom sur « l’inventeur du squat », mais lors de mes recherches un nom est ressorti assez souvent : Le professeur de gymnastique prussien Friedrich Ludwig Jahn 

Il ouvre dans les années 1810 ses premières académies de gymnastiques et connait une grande renommée dans les années 1820. (Ses différentes académies combinèrent ferveur nationaliste et exercices vigoureux dans le but de créer une formidable armée pour la Patrie).

On retrouve alors dans ces techniques d’entraînements un exercice dit de « flexion du genou » mais sans plus de détails …

En cherchant un peu plus loin vien alors un autre nom : Phokion Heinrich Clias, 

( Ce dernier est connu pour avoir formé les soldats britanniques dans les années 1820). 

Il cite alors à plusieurs reprises Jahn comme l’une de ses inspirations.

Clias commence alors à se faire un nom à Londres dans le monde militaire mais une blessure met fin à sa carrière militaire. 

De retour en France dans les années 1830, Clias dirigea des cours de gymnastique pour hommes et pour femmes et publia même un manuel de formation pour les femmes à cette époque. 

On retrouve dans ce manuel des flexions du genou et des squats sur une jambe (Ahhhh les fameux pistols…)

squat pistol

II) De la simple flexion au « Bodybuilding » !

Là c’est sympa on parle d’air squat et pistol, mais tu trouves pas que ça manque de grosses barres ? T’en fais pas on y arrive !

Arrivé dans la période fin 1800 et début 1900 nés le mouvement de la « culture physique. »

On voit alors débarquer les premiers culturistes, Strongman et Powerlifters. Ces derniers deviennent très vite célèbres et comme le squat est une étape clé de leur préparation, ils contribuent largement à faire du « squat arrière » un exercice populaire !

Mais on parle pas encore de squat lourd ici, et la technique d’exécution est, comment dire, « un peu différente » voila la description que l’on peut trouver en 1915 :

«  Toujours debout avec les talons joints, les orteils tournés vers l’extérieur, pliez les jambes au niveau des genoux et plongez-vous dans la position… Redressez-vous et répétez plusieurs fois. Lorsque vous abaissez le corps, les talons se soulèvent du sol. Pointez les genoux aussi loin que possible sur les côtés, car cela aide à développer les muscles à l’extérieur des cuisses. En outre, plus vous pointez les genoux vers le côté, plus il est facile de garder le corps droit. Au début, vous ne pourrez pas descendre complètement, mais à mesure que les muscles deviennent plus forts et plus élastiques, vous serez presque capable de vous asseoir sur les talons… répétez 20 fois. Tous les trois jours, jusqu’à 40 fois; puis augmentez le poids de 5 livres. »

Et là tu te dis « WTF ??? Il a complètement craqué lui ?? » Mais si tu ne me crois voila la preuve en image :

 squat histoire

Par la suite, ce mouvement se retrouve utilisé dans des compétitions de force, et commence à se rapprocher un peu plus de technique comme celle que nous connaissons.

On peut donc retrouver en 1919 un mouvement de squat dans une compétition d’haltérophilie lorsque Carl Moerke a vaincu Hermann Goerner lors d’un  tête à tête en squattant à 240 kg (529 lbs) ! ( Et la whey n’existait même pas à cette époque!!!)

Et tu veux rire ?

À cette époque le squat existe mais le rack pour la barre non !

Alors il faut bien trouver un moyen de se la mettre dans le dos !

Beaucoup de personne font alors un clean pour la passer ensuite dans le dos, mais bon arrivé à une certaine charge ça devient compliqué…

Donc voila la solution proposée par Steinborn  ( Un des meilleurs haltérophiles de l’époque):

Il « suffit » d’inclinée la barre chargée sur le côté. S’accroupir ensuite sur le côté et abaissa lentement la barre verticale sur le dos jusqu’aux épaules. Lorsque la barre s’abaisse sur tes épaules, tu te retrouve en position de squat. À partir de cette position basse, tu n’as « plus » qu’à te relever avec la barre chargée sur ton dos. 

Et voila ce que sa donne en images :

Par la suite, le squat se retrouvant de plus en plus dans les programmes de préparation jusqu’à devenir l’exercice que l’on connaît aujourd’hui !

III) Alors pourquoi faire des SQUATS ?

Si tu fréquentes une box de crossfit ou une salle de muscu tu as forcement entendu cette phrase : «  Le squat c’est la base ! »

Alors pourquoi tant d’engouement pour cet exercice ?

J’ai pu retrouver sur les sites et lors d’interviews de préparateurs physiques 3 arguments qui sont omniprésent :

  • –> Le nombre de muscles travaillés :

Avec le squat tu vas bosser principalement tes cuisses, tes fessiers et tes mollets. Ça permettra donc de te donner un bas de corps plutôt costaud

Ajoute à cela le fait que l’ensemble des muscles du tronc vont intervenir pour maintenir un bon gainage et tu vas vite comprendre que c’est tout benef pour tout ton corps !

  • –> Le squat en musculation boost les performances sportives :

Selon la manière de l’utiliser le squat va permettre d’améliorer de nombreux aspects de ta condition physique !

On l’utilise chez les athlètes de haut niveau pour améliorer : leur vitesse de course, leur hauteur de saut, leur force, leur explosivité et bien d’autres compétences !

Faire des squats lourds sera parfait pour développer votre force et des squats plus légers avec des répétitions rapides pour développer l’endurance.

  • → Toujours adaptable

Ce qui est cool c’est qu’avec le squat peu importe ta force, ta mobilité, ou encore ta morphologie, il y a toujours un moyen de l’adapter !

Du back squat, du front squat, de l’overhead, du pistol squat, du box squat, du air squat etc… Impossible de s’ennuyer avec ce mouvement ! 

Il est donc parfait pour les coachs qui se retrouvent face à des athletes avec un passé et des attentes différentes ! Il existe énormément d’autres arguments ( Amélioration de la mobilité, renforcement des articulations, augmentation de la testostérone etc.) mais j’ai préféré me contenter des arguments qui font le moins débats.. ( On va essayer d’eviter de déclencher une guerre pro squat et anti squat dans les commentaires si possible! )

IV) Quelques chiffres

Tu aimes les records débiles ?

Tu vas être servi !  J’ai trouvé pas mal de records sympas en fouillant le net :

– Le dernier record que j’ai pu trouver en squat est effectué par Ray WILLIAMS à 456 kg ! 

– Il y a également un autre record «  non officiel » ( il me semble…) détenu par Vlad Alhazov à 525 kg

– Juste pour le fun ( et parce que j’ai eu l’occasion de le rencontrer et il vraiment top !) voila une vidéo du francais Benjamin HENNEQUIN qui réalise 3 reps à 280 kg

Conclusion

Le squat n’as dorénavant plus de mystère pour toi !

Juste pour rappel je ne suis pas coach ! Je me suis contenté de te raconter son histoire et d’expliquer rapidement comment il est utilisé dans le monde de la préparation physique.

Clairement si tu décides de t’y mettre, demande à un professionnel dans ce domaine pour t’aiguiller ! Car, un peu comme pour tout dans le monde, ce mouvement à autant d’adorateurs que de détracteurs !

En tout cas j’espère que tu as appris des choses et que ca t’as plu !

Et toi dis moi si tu utilise le squat ? Comment et pourquoi ?

Balance tout en commentaire !

Comments

comments